UA-49364818-1
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

                                         Le massif des Maures par l'intérieur.

                                   De Pierrefeu à la Garde Freinet par la D14.

 

lire auparavant la page massif des Maures.

 

Cet itinéraire, qui traverse la partie Ouest des Maures (jusqu’à la faille de Grimaud), complète

l’itinéraire qui passe par la côte littorale. Il permet de voir des roches qui n’affleurent pas sur le

littoral (amphibolite de la Verne, gneiss à calcite de Collobrières, carbonifère de Plan de la Tour….)

On y retrouve  toutefois les anciens sédiments marins (phyllades, micaschistes), le socle qui les supportait (gneiss de Bormes), la subduction continentale et l’épaississement crustal (métamorphisme, volcanisme avec les amphibolites)-ph1-. Les plis sont toujours aussi difficiles à voir pour nous, mais les coupes réalisées par des géologues chercheurs nous les montrent. Ainsi, on peut comprendre que la répétition des amphibolites autour de Collobrières,  des gneiss de Bormes, et des micaschistes à minéraux est due à la tectonique, aux plis serrés, pratiquement isoclinaux qui affectent le massif pendant la collision-ph2.

 On peut voir également les anciens chevauchements qui ont rejoué en failles normales lors de l’exhumation (faille de la Garde Freinet). ph3.

 De plus, la route est pittoresque,  les paysages sont superbes et le point de vue à 360° au-dessus de la Garde Freinet  est un véritable bonheur pour les yeux.

Arrêt1 : Pierrefeu.       

Pierrefeu domine la plaine de Cuers, permienne et les alluvions du Réal Martin et de ses affluents.

Le village est bâti sur des quartzites et quartzophyllades, roche gris cendré avec Quartz, séricite. Riche en  Microplis, quartz d’exsudation parallèle à la schistosité.

 Ces roches proviennent d’une ancienne série marine de type flysch, présentant donc une alternance de grès et marnes, ce sont d’anciennes turbidites. Les Graptolites du Fenouillet leur donnent un âge de 420Ma- silurien. ph4-5-6.

Une faille effondre le bassin permien ; faille E-W qui traverse le massif.  ph7-8.

-----Le permien est constitué de grès pélitiques rouges qui deviennent grossiers, puis, à partir du pont sur le Réal Collobrier, ils passent à des conglomérats, car la faille sur le bord Sud du bassin permien à Pierrefeu  passe sur le bord Nord du bassin permien à partir du pont -ph9. D’ailleurs aux abords du domaine de la Portanière, la route passe sur la faille qui sépare les terrains métamorphiques du bassin permien  dans lequel coule le Réal collobrier –ph10.

 Une terrasse quaternaire du réal collobrier est visible le long de la route  et le tuilage des galets indique le sens du courant qui les a déposés -ph11.

 Faciès schistes verts (SV), zone à chlorite, Elles sont donc descendues vers 10 km de profondeur à des températures avoisinant les 300°C, lors de l’épaississement crustal pendant la subduction continentale.

 

 Arrêt 2 :  D88 vers le Temple      

 On y voit les quartzites du Temple et les phyllades qui contiennent quartz, mica blanc séricite, mica noir biotite, épidote, chloritoïde  bien cristallisé. ph12-13.

Roche gris de fer, homogène, se débite en dalles de qqs cms.

Ancien sédiment pélitique marin qui alternait avec des sables siliceux, donc ancienne turbidite, là aussi.

Faciès SV, zone à chlorite, chloritoïde, grenat. Métamorphisme un peu plus poussé.

 

Arrêt 3 : Collobrières.

On y rencontre 3 roches : micaschistes, amphibolites, gneiss à  calcite.

------- micaschistes des Berles : gris de fer comme les phyllades et bicolores (blanc argent et gris sombre). Ils sont boursouflés par les minéraux : quartz, micas blancs,

Grenats, tourmaline, chlorite et biotite obliques /schistosité. Ils sont plus métamorphisés. On les voit mieux en prenant sur 1km la petite route de notre dame des anges (D39). ph14.

Dans le village et autour de l’église St Pons,-ph15-16-

Ils contiennent des bancs à :

-------amphibolites verts sombre, aiguilles d’amphibole hornblende, plagioclase séricitisé, mica vert, feldspath albite  donc caractère alcalin. ph17à20.

Orthoamphibolite, c’est un ancien basalte. Le caractère alcalin lui donne une origine continentale (comme les volcans d’Auvergne). Au milieu de sédiments marins, ils devaient être sur le plateau continental qui appartient à la croûte continentale tout comme certains volcans d’Auvergne étaient dans des lacs  (volcans de Limagne, ou volcans surtseyens du Puy en Velay).

Je rappelle que les amphibolites de la plage de Sylvabelle étaient à la limite continent –océan et que les éclogites de la plage Tahiti étaient en milieu océanique.-ph21.

L’amphibolite est utilisée dans le village comme pierre ornementale –ph22.

 

---------gneiss à calcite, gris-verts, veinés de calcite blanche ou rose parallèle à la schistosité qui pend vers l’ouest. ph23 à27.

Tantôt massifs et durs, tantôt avec une schistosité marquée.

Quartz, albite (Fplagio), microcline (FK), micas blanc, biotite verte, épidote, magnétite, tourmaline, hornblende et calcite (dernier minéral qui a cristallisé).

C’est un ancien sédiment marneux plus ou moins riche en calcium  métamorphisé qui reposait sur les basaltes (amphibolites aujourd’hui).

Faciès amphibolite, zone disthène, staurotide, biotite.

 

Arrêt 4 : Chartreuse de la Verne   ph28.

La chartreuse de la Verne fut fondée en 1170. Occupée par des moines chartreux qui devinrent propriétaires de plus de 3000ha, elle prospéra. Les moines furent chassés en 1792, au moment de la révolution. En ruine, elle a été restaurée et elle accueille depuis 1986 des moniales.

Sur la route qui y conduit :   gneiss de Bormes, puis micaschistes à 2 micas, grenat, tourmaline,  puis plus riches en disthène, staurotide, grenat et riches aussi en quartz.

-ph29-30-31.

Gneiss de Bormes : alternance de lits clairs et de lits sombres

Quartz, FK –microcline, Fplagio-oligoclase, grenat, biotite, muscovite, chlorite, cordiérite caractère alumineux (Al et Mg) –ph32-33.

Souvent oeillés ---- le protolite était un granite porphyroïde. Donc orthogneiss (socle qui supportait les sédiments).

Parfois, il y a moins de feldpaths, ils deviennent micaschisteux.

La cordiérite provient de la destruction de la biotite, de la dissolution des feldspaths, et de la fusion du quartz. La biotite est instable à partir de 750°C (diatexites, +40%liquide)  ce  qui peut aboutir à la migmatitisation ; d’ailleurs sur la notice de la carte géologique ils sont appelés gneiss migmatitiques –ph34

Ils se sont formés lors de la subduction continentale, de l’épaississement crustal.

 -----au-dessus de la Chartreuse, amphibolite avec hornblende, andésine, serpentine .

Ancien basalte métamorphisé.

Même faciès amphibolite, zone disthène, staurotide, biotite.

Remarque : la roche en fronton et autour de la porte d’entrée de la Chartreuse – péridotite serpentinisée- provient d’une ancienne carrière proche du village de la Môle –ph35.

 

Arrêt 5 : contact unité de Bormes et unité de la Garde Freinet.ph36 à39.

2ieme poteau : unité de Bormes avec micaschistes à minéraux (grenat, staurotide, biotite, muscovite),  au-dessus de gneiss micacés voire micaschistes, à biotite et sillimanite (microscopique) donc profondeur et température plus importantes. Le contact chevauchant ayant rejoué en faille normale lors de l’exhumation, a mis en surface ces roches enfouies plus profondément : c’est l’unité de la Garde Freinet décrite par G.Crevola et JP.Pupin (1991).

Faciès amphibolite zone à sillimanite.

La petite butte côtée 226m est constituée d’orthogneiss à sillimanite –ph40.

 

Arrêt 6 : ancienne carrière.ph41.

Elle exploitait des micaschistes à sillimantite. On ne voit plus les boursouflures provoquées par les minéraux. La foliation est plus fine.

 

Arrêt 7 : vers le pont sur la Giscle.(ancienne carrière). –ph42 à44.

Granite de l’Hermitan qui est le cœur de l’anticlinal constitué par l’unité de la Garde Freinet., unité ramenée en surface lors de l’écroulement de la chaîne par le rejeu en faille normale de l’unité de Bormes.

Granite à grains fins de quartz, feldspaths et micas noirs.

Age 330Ma.

Faciès amphibolite, solidus franchi.

 

Arrêt 8 : bassin carbonifère, entre le pont et Grimaud. –ph45 à 47.

On retrouve l’extrémité sud du bassin carbonifère de Plan de la Tour, représentée par des  amphibolites et leptynites et surtout des micaschistes jusqu’aux abords de Grimaud où la faille de Grimaud est bien visible au niveau d’un grand rond-point.

Le bassin carbonifère, affaissé, est en contact avec le granite.

 

Arrêt 9 : oratoire ND de Miremer. –ph48 à50.

Orthogneiss de la Garde Freinet, non porphyroïde, à grains fins, riche en biotite. Présence de cordiérite.

On y retrouve aussi des micaschistes à sillimanite.

 

Arrêt 10 : point de vue au-dessus de la Garde Freinet.

Nous voici à nouveau dans les gneiss de Bormes qui dominent le village.

La faille de la Garde Freinet passe juste au niveau du village. La mylonite qui la jalonne et la matérialise est visible dans le grand virage en épingle dans la montée, un peu avant ce point de vue. –ph51-52.

Cette faille a rejoué en FN et a mis à l’affleurement l’unité de la Garde Freinet qui était sous celle de Bormes. –ph53.

On retrouve  l’orthogneiss de Bormes avec quartz, FK microcline, Fplagio oligoclase, grenat, biotite, muscovite, cordiérite ainsi qu’une vue imprenable –ph54-55.

Si on reporte sur les photos 56 et 57 les différents arrêts effectués, on se rend bien compte que la partie ouest des Maures a subi une subduction continentale qui l’a plissée, métamorphisée et a engendré du volcanisme alcalin.

 

 

 

Galerie d'images