UA-49364818-1
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Les volcans d’Agde, constituent la terminaison  sud de la chaîne de l’Escandorgue.

La carte géologique simplifiée situe quelques affleurements visités et les principales unités (Ph1).

A l’intérieur des terres (vers Agde)

Le volcanisme a débuté il y a environ 1MA par un volcanisme de type Surtseyen,  on ne retrouve pas d’appareil, mais les produits de cette éruption (tufs jaunes) qui ont été palagonitisés par la trempe dans l’eau, probablement une lagune comme il y en a beaucoup dans cette région (ph1).

Sur la D912 à Baldy, on peut voir ces tufs jaunes recouverts par une coulée de basalte, basalte non palagonitisé, donc coulée aérienne et non sous aquatique. La lagune n’existait plus, la mer a dû se retirer vers le sud (ph1 et 2). 

3 volcans stromboliens construisent leur cône. Le Mont St Martin, bien boisé, pas d’affleurement visible.

Le Mont St Loup (ph3), cône de scories avec de belles bombes fuselées  (ph4) et en croûte de pain  (ph5), montre dans la carrière un flanc écroulé, raviné par un lahar (ph6),  comblé ensuite par  les produits de l’éruption qui se poursuit, et, vers le haut, des dépôts plus grossiers (ph7) ; regain d’activité probable.

Le petit Pioch, que la route D612 entaille, montre les faciès cœur de cône (rouge)  et bas de cône  (noir) ainsi que des coulées (une sur la photo 8). Des produits fumerolliens sont également visibles (ph9).

La disposition de ces 3 volcans (ph1)  laisse penser qu’ils se sont construits sur les failles d’un maar hors d’eau (coulée de basalte non palagonitisé).

Donc à l’intérieur des terres 2 phases sont perceptibles :

                                                 1- volcanisme surtseyen(tufs jaunes)

                                                 2-volcanisme strombolien (débutant par un  maar).

Sur la côte- plage de la Conque.

 

On retrouve les tufs jaunes au nord et au sud de la Conque -1MA environ-(ph1, puis 10 et 11).

A cet épisode succède un dépôt de type maar (aérien), tufs gris -brèches et tufs phréatomagmatiques- (ph10). Des enclaves de calcaire et de marnes durcies sur les bords et érodées au centre sont abondantes (ph12).

Un niveau de tufs non classés, éboulés, est  bien visible sur la plage de la Conque (ph13), il a été déstabilisé lors de la mise en place des filons de basalte, en particulier par celui qui a soulevé les tufs, soulèvement évident plage de la capitainerie ph14).

L’activité volcanique n’étant pas terminée avec la mise en place de filons basaltiques, les tufs gris suivants recouvrent ce niveau glissé, éboulé (ph13)- datation autour de 750 000 ans-.

 

De même, les fluides contenus dans les tufs (eau surtout), sous le poids des niveaux supérieurs et des contraintes liées au soulèvement, sont expulsés et créent ces figures où seuls restent en place les éléments assez grossiers, les éléments fins ayant été entraînés avec l’eau (ph15).

Les dépôts de tufs gris situés vers le nord de la plage (ph16), sont perturbés  par les reliefs  provoqués par  la mise en place des filons , mais ils finissent par les recouvrir comme le montre la photo  17.

Donc, sur la côte (La Conque)  3 phases sont  perceptibles :

1 – dépôts des tufs jaunes

2 – dépôts de tufs gris (provenant d’un maar aérien)

3- mise en place de filons de basalte

Galerie d'images